Depuis quelques mois nous suivons l’actualité de CédricCommeLaBd, repéré initialement sur Twitter. Nous avons eu l’occasion de discuter a plusieurs reprises de ses actualités et des possibilités que lui réserve le web avant d’en conclure que nous devions en apprendre davantage sur lui.

Si vous n’êtes pas sur Twitter, peut-être que vous l’avez croisé sur Instagram, ou encore entendu parler de lui sur Snapchat, Cédric est l’influenceur par excellence. C’est pourquoi, nous avons pris le temps de lui poser des questions afin de faire un bilan et de mieux saisir ce qui fait la singularité de son parcours.

Tu as fait tes débuts sur Twitter, quelques années plus tard tu continues ta lancée et développe en permanence ta communauté, dis-nous Cédric, est-ce difficile de s’étendre sur la toile ?

– J’ai effectivement commencé sur Twitter il y a maintenant plus de 3ans. Le plus difficile selon moi a été de « fidéliser » les internautes, que je ne considère d’ailleurs pas comme des abonnés, mais comme des frérots (comme je les appellent souvent). Je ne vais pas vous l’apprendre non plus, il y a chaque jours de nouveaux contenus/personnages qui naissent sur internet et faire sa place est le plus difficile…

Depuis toutes ces années, ne t’es-t-il pas arrivé d’être lassé par ce réseau ?

– Sincèrement, non. Je pars du principe que tant que je prends du plaisir, je continue. Si demain ça ne m’intéresse plus, j’arrête, c’est aussi simple que cela. Comme quand t’es en couple au final, si tu te lasses tu arrêtes. Mais, il est vrai qu’il m’arrive parfois de prendre un peu de recul sur tout cela et de m’éloigner deux ou trois jours. Jamais plus, je reviens toujours.

Tu peux nous expliquer à quoi ressemble une journée type dans ta peau ?

Question difficile, souvent mes amis/ma famille me demande « qu’est ce que tu fais mardi dans 2semaines? » J’en sais rien et c’est ça que j’aime. Je n’ai jamais aimé la routine, faire des horaires fixes pour une journée type. Ça dépend : si j’ai un rendez-vous, un casting ou un déplacement, je peux être debout dès six heures. À contrario, sans que cela soit forcement le week-end, je peux me lever tard. J’essaie d’être le plus régulier possible, en même temps, je ne pense pas qu’il soit possible de réussir sans s’en donner les moyens et surtout, sans travail.

Où en est ta chaîne Youtube, est-ce enfin cette année que nous allons te voir produire ton propre format ?

– Comme à mon habitude j’ai pris du retard, malheureusement… J’ai chaque jour des messages à ce propos et c’est plutôt bon signe. Cela me touche touche d’ailleurs, ça prouve que les gens attendent du contenu sur ma chaîne avec impatience et je ne veux pas les décevoir. Donc j’y travail, un peu plus chaque jours… tout ce que je peux te dire, c’est qu’on s’approche de plus en plus de cette étape.

Souhaites-tu te tourner vers de l’audiovisuel, maintenant que les bases de ta communauté sont solides sur le web ?

– L’audiovisuel me plait, je ne sais pas encore dans quel domaine exactement. Je vois beaucoup de personnes qui ont commencé sur le net avant d’être sur le petit écran ou même, au cinéma.

À l’avenir, pourrais-tu considérer de mettre à profit ton expérience auprès d’un network ou d’un groupe médiatique ?

– Pourquoi pas… je suis libre de faire le contenu que je désire et je suis ouvert à toutes propositions. Si demain un groupe médiatique me propose un projet dans quelque chose qui me ressemble, ça serait même génial !

Est-ce qu’il existe un profil sur le web dont tu idéalises particulièrement le parcours ?

– Les plus grands youtubeurs, qui sont ceux que je regardais quand j’étais petit d’ailleurs… Norman avec son one man show, Yvick qui a quand même sorti un album et j’en passe.

Tu alimentes également beaucoup ton compte Instagram, est-ce quelque chose qui te tient à cœur de te faire connaître également grâce à tes photos ?

– Oui Instagram est pour moi, le futur des réseaux sociaux. Il est déjà l’un des plus utilisés, mais avec les stories, les lives, le contenu vidéos… il n’a rien à envier aux autres. À titre personnel, c’est surtout que c’est comme un album photo. Il y a trente ans, on pouvait imprimer ses photos dans des boutiques spécialisées tandis qu’il y a dix années, nous mettions des albums dans nos ordinateurs. Aujourd’hui c’est sur instagram, en deux scrolls on peut retrouver nos anciennes photos, pleines de souvenirs et les revisiter dès qu’on le souhaite.

nexty

Tu as plusieurs années d’expériences à ton actif, quels conseils pourrais-tu donner aux gens qui veulent débuter sur internet ?

– D’avoir un vrai projet, une idée novatrice, ne pas simplement copier ce qui a déjà été fait. Ne pas se lancer les yeux fermés, il faut pouvoir calculer, limiter les risques et ne rien lâcher. Cela sera dur, spécialement au début, mais tant qu’on ne cherche pas d’argent, de gloire ou de notoriété pour motif principal, on ne peut être qu’agréablement surpris de ce qu’internet peut apporter.

Pour celles et ceux qui désirent plonger dans le monde des influenceurs, mais n’ont pas conscience de ce que cela comporte d’être sur le web… pourrais-tu nous expliquer une anecdote qui illustrerait un peu la réalité et la difficulté de ce que tu entreprends ?

– Je venais tout juste de commencer les vidéos sur snap. À l’époque j’étais en collocation sur Paris. Rien d’exceptionnel jusque-là… un jour, je suis rentré chez moi et un de mes collocs m’a dit qu’une fille était passée pour me voir. Le lendemain, elle est repassée un peu plus tard et il se trouve que je ne la connaissais même pas. Elle avait reconnu l’université de sa ville et m’a suivie jusqu’à chez moi. Avec du recul c’était assez drôle, mais sur le coup, j’avoue avoir trouvé ça flippant !

Tu sembles être assez terre-à-terre lorsqu’il s’agit de tes ambitions ou encore de reconnaissance de la part des internautes. Tu étais aussi distancé dès le départ de ses problématiques, ou, au contraire, ton opinion du web est venue avec l’expérience et le temps ?

– Je dirais que c’est au feeling, je ne pensais réellement pas en être là aujourd’hui et c’est grâce aux milliers de personnes qui me suivent ! Alors, bien-sûr qu’avec le temps j’ai plus de recul. C’est vrai qu’au départ aussi, quand dix personnes m’ajoutaient, je trouvais déjà cela incroyable. Maintenant, je sais que tout peut se terminer très vite et je pense que c’est à moi de créer cette distance pour ne jamais tomber de haut.

nexty

Nous avons discuté de ta conception du web et ses problématiques, de ta journée type ou encore de tes ambitions, quant à ta vie privée, est-ce compliqué de créer des relations personnelles lorsque l’on peut voir une grande partie de ton quotidien sur la toile ?

– Je suis déjà tombé sur des personnes qui venaient me parler uniquement parce que j’avais des abonnés. Mais on s’en rend vite compte et on arrête aussi de nourrir ce genre de choses. Encore une fois, ça ne dépend que de moi. Cet été quand j’étais à Cannes, beaucoup de gens m’ont croisés et on a pris des photos. Dans ces moments-là, pas de problème, j’avais du temps et j’ai même discuté avec chacun d’entre eux. Mais d’un autre côté, il y a des jours où je suis pressé, où j’ai un train par exemple et je n’ai pas forcement le temps pour chacun. C’est à moi de choisir dans un sens… après, certaines fois, je ne choisis pas quand on me croise par exemple. Quand je suis avec des amis ça ne me gêne pas, mais quand je suis avec ma famille, c’est vrai que c’est un peu plus dérangeant.

Comment te vois-tu dans cinq années ?

– Je n’ai pas réellement approfondie la question, mais comme beaucoup, j’ai des rêves et je travaille pour les réaliser. Je ne préfère pas me faire de films mais j’ai des envies et comme on dit, l’espoir fait vivre. Pour moi c’est pareil, j’ai des objectifs et je n’arrêterais pas avant de les atteindre.

Et du côté de ta vie amoureuse, es-tu avec quelqu’un ?

– Je ne suis pas avec quelqu’un, en tout cas au moment de cette interview. La personne qui me convient ? Je la cherche depuis vingt ans maintenant et je suis assez difficile ! Être influencer pourrait être une difficulté c’est vrai, mais même avant, je n’avais pas trouvé non plus. Par contre, être influencer m’a permis de rencontrer des femmes extraordinaires… le problème a toujours été moi. Ce niveau d’indécision, je ne sais pas si cela facilite les choses, mais je ne cherche pas réellement une histoire. J’attends simplement qu’un ange croise mon chemin par hasard.

nexty

Si Cédric incarne le prototype par excellence de l’influenceur, il prouve également une réalité que beaucoup de jeunes oublient : acquérir une place sur le web prend du temps, mais surtout, de la persévérance et un minimum de talents, contrairement aux idées reçues. Il est à la fois l’archétype de cette nouvelle vague de célébrité 2.0 et son anti-cliché, puisqu’il ne remplit aucun des stéréotypes qu’on accorde aux influenceurs.

Sa patience, ses convictions et sa simplicité font de lui quelqu’un qui mérite de continuer à se faire connaître et ainsi, poursuivre son aventure sur la toile. Sa prochaine étape ?

S’installer sur Youtube et perfectionner ses talents, de quoi laisser imaginer une année 2018 pleine de rebondissements et d’opportunités pour Cédric… du moins, c’est bien tout le mal qu’on lui souhaite !

Laisser un commentaire